Les textes de référence

La Trilogie du Soutra du Lotus

"Vous deviendrez tous des bouddhas".


Le Reiyukai repose essentiellement sur l’enseignement du Soutra du Lotus. C’est dans ce texte, enseignement ultime du Bouddha, que le fondateur du Reiyukai, Kakutaro Kubo, décèle la clé de la résolution des souffrances humaines et de l’amélioration du monde.

Quelle est cette clé ? Elle réside dans le rôle qu’ont les laïcs, hommes et femmes, dans la transmission et la réalisation de l’Enseignement. A de multiples reprises, dans le Soutra du Lotus, le Bouddha insiste sur la présence des laïcs dans l’assemblée et sur leur fonction. A eux incombe le rôle de remplacer, après son extinction, le Bouddha sur terre et d’œuvrer, comme lui, à l’élaboration d’un monde en paix.

La Trilogie du Soutra du Lotus

La Trilogie du Soutra du Lotus est l’appellation donnée à trois soutras traditionnellement réunis en Asie. Ces soutras sont le Soutra des Sens Innombrables, le Soutra du Lotus du Merveilleux Dharma et le Soutra de la Pleine Conscience selon la méthode du bodhisattva Vertu Universelle. Transmis d’abord oralement, ces trois soutras, ainsi que toute la collection des soutras du Grand Véhicule, furent retranscrits par écrit par des disciples du Bouddha quatre siècles environ après sa mort. Ils contiennent des paraboles et des allégories qui visent à expliquer, selon la compréhension de leurs auteurs, le sens de l’aspiration du Bouddha Shakyamuni : son souhait d’éveil pour tous les êtres.
Les membres du Reiyukai récitent quotidiennement le Soutra Bleu, composé d’extraits de la Trilogie, et, s’ils le souhaitent, la Trilogie du Soutra du Lotus dans son intégralité.

Le Soutra du Lotus du Merveilleux Dharma

Enseignement ultime du bouddha Shakyamuni, le Soutra du Lotus du Merveilleux Dharma (Myo Ho Renge Kyo) est l'un des grands classiques de la littérature mondiale et un des textes les plus influents du bouddhisme du Grand Véhicule. Aujourd’hui, la puissance du Soutra du Lotus demeure intacte. Il a plus de lecteurs dans le monde qu'il n'en eut jamais.

La révélation d'un potentiel illimité et commun à tous les êtres

Le Soutra du Lotus est d'abord et avant tout une réponse à toutes les religions et les systèmes organisés qui proclament : "Nous avons raison et vous avez tort".
Le Soutra du Lotus proclame en effet la délivrance universelle de toutes les choses vivantes.
Son message est révolutionnaire :"Vous deviendrez tous des bouddhas", déclare-t-il encore et encore. Ce soutra met l’accent sur le fait que tous les êtres vivants sont fondamentalement égaux. Le Soutra du Lotus est destiné à tous, aux hommes ou aux femmes, à l'ignorant comme au savant.

La porte du coeur

Le Soutra du Lotus n'est pas un livre comme les autres livres et ne peut pas être lu comme tel. Il ne satisfait pas le chercheur curieux qui voudrait le saisir par le seul outil de l’intellect. Il doit être lu avec « l'œil intérieur », au plus profond de notre être. C'est pourquoi ceux qui lui sont dévoués préfèrent le lire à haute voix, laissant les mots résonner dans leur cœur. Ce livre ne cherche pas à transmettre un savoir intellectuel à son lecteur. Il vise plutôt à lui ouvrir le cœur de façon à ce qu'il puisse expérimenter et découvrir la vérité par lui-même. Aussi frappe-t-il encore et encore à la porte du cœur et de l’esprit, sous tous les angles possibles.

Le message universel

Le message essentiel du Soutra du Lotus est que tous les êtres humains peuvent accéder au même éveil que le Bouddha. L'unique raison de sa venue sur terre est de leur révéler cette vérité et de leur montrer le chemin qui conduit à l’Éveil. Seuls les bodhisattvas qui nourrissent le souhait d’Éveil pour tous les êtres et les guident sur le chemin, suivant l’exemple et la tâche du Bouddha, atteindront finalement cet éveil suprême. Le thème principal du Soutra - et qui en constitue la trame - est donc l’enseignement de la pratique des bodhisattvas.

La méthode de transmission

S’il est l’un des textes les plus importants du bouddhisme du Grand Véhicule, il en est aussi le plus long,  avec les vingt-huit chapitres que comporte la version chinoise. Ces chapitres sont souvent composés de la manière suivante. Le Bouddha délivre un enseignement. Des membres de l’assemblée, de grands pratiquants, réunis pour écouter la prédication du Bouddha, posent ensuite des questions ou dialoguent entre eux afin de présenter leurs propres expériences de cet enseignement et d’en faciliter ainsi sa compréhension. Puis cet enseignement est illustré par une parabole qui met en scène des personnages et des situations qui concrétisent l’enseignement. L’introduction de ces paraboles manifeste le souhait que chaque pratiquant, quel que soit son niveau d’instruction, puisse comprendre un enseignement profond dont le Bouddha dit lui-même qu’il est « difficile à comprendre ».

Le pouvoir subtil du Soutra

Le principe de base du bouddhisme du Grand Véhicule est que tous les êtres ont le potentiel d’atteindre le plus haut état d’existence. Le premier rôle assigné à un soutra du Grand Véhicule est qu’émerge, de sa lecture, la conscience universelle du changement. À cet égard, le Soutra du Lotus est extraordinaire par son dynamisme et sa portée. Il traduit le souhait le plus cher du Bouddha, qui est de permettre aux autres de parvenir à l’état de conscience qu’il a lui-même atteint. Il est à la fois le véhicule du message et le moyen de le réaliser. C’est-à-dire qu’au moment même où il exprime le souhait profond du Bouddha, il nous propose le chemin que nous devons nous-mêmes emprunter : celui de partager l’Enseignement.

Des bouddhas potentiels

La plupart des pratiquants ont tendance à croire qu’il existe une grande différence entre eux et le Bouddha, perçu comme un idéal. En d’autres termes, ils ressentent qu’il existe un fossé entre le Bouddha et eux-mêmes. Ce sentiment persiste tant qu’ils restent fermés à l’enseignement transmis dans le Soutra du Lotus, mais dès qu’ils prennent refuge dans l’enseignement de ce soutra, ce sentiment de séparation disparaît. Le Soutra du Lotus révèle l’absence totale de fossé. Tous les soutras du Grand Véhicule transmettent cette idée, mais le Soutra du Lotus expose avec plus de clarté encore que tous les êtres vivants peuvent prendre la voie des bodhisattvas et ont le potentiel de devenir des bouddhas.

Les « maîtres du Dharma »

Ce Soutra propose donc une conception large du bodhisattva, celle du « maître du Dharma ». Les « maîtres du Dharma », décrits dans le chapitre 10, sont les « ambassadeurs du Tathagata » : « envoyés par le Bouddha, ils poursuivent sa tâche ». Leurs mérites sur la voie de l’éveil sont largement énumérés dans le chapitre 20. Leur pratique de transmission du Dharma aux autres purifiera leurs facultés sensorielles et leur permettra d’acquérir la perfection des sens. Grâce à leurs sens ainsi purifiés, ils distingueront tous les enseignements et pénétreront tous les phénomènes. Ils n’auront pas atteint un état de pureté parfaite, mais, dénués de peur et vivant dans un état merveilleux, ils seront capables d’éclairer et d’expliquer le Dharma à l’aide de « milliers de myriades de kotis de paroles habiles ».

Une transformation dynamique

Ce bodhisattva souhaite sincèrement améliorer sa situation et celles des autres. Grâce à l’acte même de communiquer le Soutra à quelqu’un d’autre et de l’accompagner, il entre avec cœur et conscience dans la réalité. Il aiguise son propre esprit de recherche et réalise petit à petit la nature et le sens de l’Enseignement. Il devient conscient de sa propre réalité et de celles des autres, devient alors capable de remédier à ses imperfections et de réformer sa conduite. Il développe des qualités et construit une humanité sage et compatissante. En offrant aux autres cet Enseignement, il leur permet eux aussi de se libérer grâce à la même pratique. Ensemble, ils contribuent à dissiper l’ignorance et les attitudes erronées qui entravent l’harmonie du monde. Il est donc primordial de ne pas considérer le bodhisattva comme un être coupé de la réalité.

La transmission vivante

Ces bodhisattvas ont ainsi un rôle essentiel dans la transmission vivante de l’Enseignement. Cette responsabilité repose directement sur eux. Le Soutra du Lotus encourage à accomplir cette action en mettant l’accent sur sa dimension humaine et essentielle. Le Soutra du Lotus est humaniste au sens où les actions humaines y sont placées au centre du système de valeurs. Les êtres humains sont invités à partager l’enseignement du Soutra du Lotus avec les autres et à progresser avec eux dans ce projet partagé d’éveil. C’est le rôle des hommes d’améliorer ce monde et d’en faire un endroit où règnent la paix et l’harmonie.

Des modèles légendaires

Les derniers chapitres du Soutra sont principalement des récits concernant de grands bodhisattvas, comme le bodhisattva Écoute des Voix du Monde dans le chapitre XXV. La fonction principale de ces histoires est, à nouveau, de permettre aux lecteurs de réaliser que le plus important est le désir de progresser sur le chemin juste. À l’instar des bodhisattvas, le désir d’agir inspirera à chacun un mode d’action adapté à sa progression sur la voie.
Ce soutra n’est pas un ouvrage qu’il suffit de lire, mais plutôt un ouvrage qui doit nous accompagner et pénétrer notre vie, de telle sorte qu’elle en soit transformée.

Le Soutra des Sens Innombrables

Dans la Trilogie du Soutra du Lotus, le Soutra des Sens Innombrables précède le Soutra du Lotus. Bien qu’il ait toujours été placé avant le Soutra du Lotus, l’histoire ne dit pas si ce soutra doit être considéré comme un prologue au Soutra du Lotus. L’ordre des trois soutras de la Trilogie – ordre en usage de nos jours – ainsi que le rapport qui existe entre eux furent établis par Chi-i (538-597), le fondateur de l’école bouddhiste T’ien-tai (Tendai en japonais).
Historiquement, on dispose de peu d’éléments sur le Soutra des Sens Innombrables.
À la lecture de ce soutra, on se rend compte qu’il est complémentaire du Soutra du Lotus. Beaucoup considèrent qu’il prépare le lecteur à l’enseignement plus vaste du Soutra du Lotus. On dit souvent qu’il en explique le but et en ouvre l’accès.

Le Soutra de la Pleine Conscience selon la méthode du bodhisattva Vertu Universelle

« Ô Honoré du monde, comment, après l’extinction complète du Tathagata, les êtres vivants pourront-ils développer l’aspiration à devenir des bodhisattvas, mettre en pratique les soutras universels du Grand Véhicule et réfléchir correctement au domaine de l’unique vérité de la réalité ? Comment feront-ils pour garder vivante l'aspiration à l’Éveil insurpassable ? Comment pourront-ils purifier leurs facultés sensorielles et se débarrasser de leurs erreurs sans éteindre leurs passions illusoires et sans renoncer à leurs désirs ? Comment, sans se couper de leurs cinq désirs, les êtres vivants pourront-ils voir la réalité au-delà des illusions au moyen des yeux qu’ils ont reçus de leurs parents à la naissance ? »
Telles sont les questions auxquelles répondent ce soutra. La plus grande partie de ce soutra a pour thème les différentes pratiques qu’accomplit un pratiquant afin de purifier, un par un, ses six organes des sens. Il explique comment éveiller et garder la détermination de bodhisattva grâce au pouvoir obtenu par la récitation du Soutra du Grand Véhicule. Il est ensuite expliqué que les karmas seront résolus et que les souffrances qui résultent d’actions erronées s’éteindront si leurs auteurs récitent le Soutra du Grand Véhicule, méditent son enseignement et accomplissent des actes méritoires.
Le Soutra de la Pleine Conscience du bodhisattva Vertu Universelle est le seul soutra qui explique le concept bouddhique du repentir selon le Grand Véhicule, concept indispensable dans la pratique de bodhisattva. L’essence du repentir réside dans la dynamique de purification et de transformation qu’elle engendre. Quand nous purifions nos six sens et apprenons à les contrôler, nous devenons capables de percevoir comment nos organes des sens, obstrués, nous trompent et nous entraînent dans de mauvaises directions. En nous enseignant le chemin de la purification de nos sens, le Soutra nous indique le moyen de voir, sentir, goûter, entendre, comprendre la réalité telle qu’elle est. Dans la première partie, le Soutra explique qu’il est possible de saisir la vérité de la réalité en supprimant les obstacles à notre conscience, sans pour autant nous couper de nos désirs. Que ce soutra encourage ses disciples à rechercher ainsi la purification des organes des sens est une raison supplémentaire de penser qu’il s’adresse en particulier à des pratiquants laïques.

Si l’on compare les deux attitudes fondamentales du Soutra des Sens Innombrables et du Soutra de la Pleine Conscience selon la méthode du bodhisattva Vertu Universelle, on remarquera que l’un dit : « Ce soutra fera lever… », tandis que l’autre dit : « Vous ferez vous-même… ». C’est ce qui rend plausible l’idée que le Soutra des Sens Innombrables est une sorte de prologue ou de préparation au Soutra du Lotus, plus complexe. Le Soutra de la Pleine Conscience selon la méthode du bodhisattva Vertu Universelle vient au contraire après que l’on a saisi le contenu du Soutra du Lotus. Il présente la méthode de pratique, c’est-à-dire le moyen de rendre vivantes et concrètes les théories contenues dans le Soutra du Lotus. C’est vraisemblablement la raison pour laquelle il est situé en épilogue de la Trilogie.

Haut de page