La pratique de bodhisattva

Un processus dynamique vers le progrès

La pratique de bodhisattva trouve sa réalisation la plus accomplie dans la pratique du « Maître du Dharma », ancrée dans la conscience du sens profond des liens, terrain de la transformation. C’est à travers cette pratique que se révèlent l'aspiration sincère au progrès des autres, l’empathie, la compassion profonde, que se développent la conscience et la sagesse et que se tissent les liens d’amitié spirituelle.

Grâce à cette pratique, les obstacles profonds de notre famille et de celle de nos compagnons se résolvent et la réalité se transforme de manière étonnante.

Un processus dynamique vers le progrès

Les explications relatives au Soutra Bleu permettent de bien comprendre que, quelles que soient les actions entreprises par le pratiquant, elles reposent sur une aspiration et un état d’esprit sans lesquels elles perdent toute leur valeur sur la voie de l’éveil et de la libération. En effet, si l’action est indispensable, le sens dans lequel elle s’accomplit l’est tout autant, si nous souhaitons nous transformer et transformer la réalité. Dans la formule « Conscience, Action, Transformation », la conscience précède l’action. Le pratiquant est invité à agir avec le souhait d’œuvrer à l’évolution de tous et aussi pour son propre éveil. Si, dans toutes les relations, il se remémore le principe de causalité, de l’interdépendance, de l’interrelation et du potentiel illimité de chacun et accueille alors dans son cœur tous les êtres avec bienveillance et reconnaissance, cela produira des effets inattendus et entichira son humanité. Impliqué dans toutes ses relations avec la conscience acquise grâce aux actions précédentes, il réalisera de nouvelles expériences, et reproduira sans fin ce processus dynamique vers le progrès : conscience, action, transformation.

L'être humain, le maillon d'une chaîne de relations

La méthode définie par les deux Fondateurs est à la fois simple et profonde. Toutes les choses vivent uniquement en vertu de leurs relations avec toutes les autres. Rien ne peut exister par sa seule vertu. En reconnaissant la plus évidente de leur relation à la vie, celle qu'ils ont avec leurs parents et avec leurs ancêtres, les êtres humains discernent rapidement le fait que la vie n'est constituée que de relations.

Ainsi, si quelqu'un veut comprendre sa propre vie, il doit la voir telle qu'elle est, en relation avec celle de ses parents, de ses grands-parents et des générations inconnues qui l'ont précédé. Il voit que l'origine de sa vie remonte des siècles et des siècles en arrière et implique un nombre incalculable de créatures vivantes qui toutes ont coopéré à son existence. Il voit qu'il n'est pas un évènement isolé mais une partie vitale de l’univers. Grâce à cette compréhension fondamentale de lui-même, il assène un coup destructeur à l'ignorance qui l'avait enfermé - ainsi que ses ancêtres - dans un cercle vicieux de reproduction de causes et d’effets.

Les liens karmiques familiaux

La conscience du sens profond des liens avec tous les êtres qui nous ont précédés fait naître naturellement la gratitude et le souhait de leur bonheur, le souhait qu’ils puissent entendre eux aussi cet enseignement qui leur permettra de se débarrasser de l’ignorance, des conceptions erronées et des maux qu’elles engendrent. C’est pourquoi offrir le soutra à nos ancêtres est une partie intégrante de la pratique de bodhisattva. Grâce à ce lien privilégié avec sa famille, le pratiquant prend conscience de sa propre réalité et de ses limites puis, petit à petit, développe une conscience nette de ses obstacles. Aussi l’enseignement des liens karmiques avec la famille est-il particulièrement porteur de transformation pour le pratiquant animé du souhait de rechercher les causes de ses obstacles.

La création du bonheur des autres

Cette conscience s’élargit naturellement à toutes les relations, aussi diverses soient-elles. Invité à se remémorer les principes fondamentaux de l’interrelation et des liens karmiques, le pratiquant abandonne ses conceptions et ses préjugés. S’ouvrant aux autres avec considération, il cherche les actions justes afin de les aider, développe des qualités nouvelles et participe ainsi à la création de leur bonheur.

Le « Maître du Dharma »

La pratique de bodhisattva trouve sa réalisation la plus profonde et la plus merveilleuse, dans la pratique du « Maître du Dharma », comme le nomme le Soutra du Lotus. Elle est ancrée sur la conscience du sens profond des liens, terrain de la transformation et de l’éveil. Elle consiste à cheminer pas à pas avec les personnes animées elles aussi du souhait de s’ouvrir à cet Enseignement.À travers des expériences étonnantes, on découvre à la fois le monde vaste, puissant et généreux de l’Enseignement et la vérité de notre réalité karmique. Cette aspiration noble du progrès de tous engendre la résolution des causes profondes des souffrances humaines et transforme concrètement la perception de la réalité et la réalité elle-même.

Améliorer le monde

Créer un monde meilleur grâce au progrès de chaque individu, tel était le vœu des Fondateurs du Reiyukai. Les membres du Reiyukai sont invités à avoir un cœur de bodhisattva envers tous les êtres et à devenir aussi des maîtres du Dharma qui offrent l’enseignement aux personnes qui aspirent à accomplir ce chemin de transformation et de progrès. C’est le rôle des hommes d’améliorer ce monde et d’en faire un endroit où règnent la paix et l’harmonie.

Haut de page